Nous avons tous expérimenté l'expérience du don, chacun à sa manière.

Le don, c'est un bout de soi que l'on transmet à un autre que soi. ça peut être un livre, une lettre, du temps, ou un simple sourire.

Donner

Enfin, j'ai compris que l'on ne donne pas de la même manière selon que cet autre que soi est un ami, un membre de la famille (celle d'origine ou celle que l'on a créé), ou un inconnu (une personne sans domicile fixe, en situation de précarité...). Le don n'a pas la même portée en fonction de qui est l'autre pour soi.

Il arrive que le don ne soit pas reçu ou qu'il soit perçu autrement. 

Il arrive aussi qu'à force de donner, on s'oublie soi-même; et lorsque la relation "casse", que l'autre dise : "Après tout ce que j'ai fait pour lui/elle! ". Alors celui qui donne devient le profiteur, et celui qui reçoit le bon samaritain. Les rôles sont inversés.

Maintenant, je sais qu'on ne peut pas donner à tous, même avec la meilleure volonté.

Je vous laisse avec ces quelques mots: "Apprendre à mesurer ses choix, ses dons".