L'amitié me semble de plus en plus difficile à concrétiser au fur et à mesure que j'avance en âge. J'ignore pourquoi. Je peux émettre quelques hypothèses: à 46 ans, la plupart des femmes et des hommes sont en couple ou divorcés, avec des enfants. Et ces femmes et ces hommes préfèrent fréquenter des personnes dans la même situation qu'eux.

Je désire plus que jamais des relations durables. Et je sais qu'on ne peut pas être ami(e) avec tout le monde.

Il existe des périodes de déserts. Ce que j'appelle les déserts de solitude. Des passages que je traverse, où je revisite ma vie, où je sais que je ne peux plus continuer ma route avec telle personne, car je me perdrai au lieu de me trouver.

coeur

Ces déserts de solitude sont formateurs pour ma propre construction intérieure, même s'ils peuvent être arides et amers.

Et puis, un jour, je me rends compte que je fréquente une personne - et plusieurs même - depuis des années mais je ne sais rien d'elle. Excepté sa passion pour les livres. Je m'aventure dans la relation avec cette personne. Je m'aperçois qu'elle poursuit un but semblable au mien: trouver des amis qui la poussent vers le haut, vers le meilleur d'elle-même.

Car c'est aussi ça l'amitié: mettre l'égo de côté pour construire une relation durable. Car le jour où le compagnon ou la compagne n'est plus là pour telles raisons, le jour où les enfants sont grands et mènent leur vie, qui trouve-t-on auprès de soi?