Dans un atelier d'écriture collectif, l'animateur et le groupe accueillent les émotions qui découlent de la lecture à voix haute. La voix de l'écrivant, celui qui a écrit son texte, ensorcelle et berce les oreilles de ceux qui écoutent.

L'écrivant, en lisant son texte, est dans une position "active", en communiquant ses émotions. Il déploie une énergie qui le modifie de l'intérieur. Parfois, cette énergie le transforme de l'extérieur. La lecture à voix haute s'apparente à une jouissance voire un orgasme. Une énergie quasi-corporelle traverse celui qui lit son texte.

Source: Flickr

Le groupe ressent aussi des émotions qui lui est propre.

L'animateur est dans un double posture, à la fois "passive" et "active": il reçoit le texte lu comme un cadeau, tout en remettant ce texte à sa juste place (c'est-à-dire l'écriture d'un premier jet) pour canaliser le trop-plein d'émotions.

Dans un atelier d'écriture, il est important que chacun soit à l'écoute de son ressenti. Et pour celui qui a lu son texte à voix haute, et qui se trouve traverser par une énergie qui le dépasse, il est important qu'il puisse en parler. Il n'y a pas de honte à avoir. L'un des effets d'un atelier d'écriture est de ressentir un état de bien-être, bref, de se senitr mieux.

Claire Roig