Qui es-tu ? Comment te définis-tu ?

Voici une BIO NON DEGRADABLE et non exhaustive :

Je sais pourquoi je ne lisais pas quand j'étais jeune,

pourquoi je n'ai jamais pu lire Jules Verne,

je n'arrive pas à lire une BD,

Pourquoi je lis surtout des polars ou des romans noirs,

Pourquoi j'aime Le voyage au bout de la nuit de Céline,

Simenon,

L'Antigone d'Anouilh,

Jim Thompson,

James Ellroy,

Ed mc Bain,

Thierry Jonquet,

Donald Westlake,

Stendhal,

Flaubert,

pourquoi j'aime le flamenco,

Verdi, Tom Waits, l'accordéon,

Pourquoi j'aime Duras, mais pas toujours,

Pourquoi j'aime l'homme, cette ordure.

Je sais pourquoi je ne crois pas en Dieu.

Pourquoi écris-tu ?

J'ai écrit par hasard (mais y en a-t-il vraiment un ?) pour la première fois il y a trois ans, en mars 2011, et comme disent les djeuns, j'ai kiffé.

J'écris Parce qu'une vie ne suffit pas,

Parce que rien n'est grave mais tout est important,

Pour sentir le monde dans lequel nous vivons,

parce que je suis dans mes dernières décennies,

Parce que parler est difficile,

Parce que rien n'est définitif,

parce qu'on est seul quand on écrit et que j'aime ça.

Comment écris-tu ? Utilises-tu des procédés techniques, des contraintes ? T'imposes-tu des limites dans l'écriture d'un texte ?

Il me vient un truc, une idée, je pense à quelqu'un, quelque chose, un événement, mon petit cerveau me dit alors: oui, c'est ça que tu vas écrire. Je pars souvent d'un thème et d'un personnage qui pourrait l'incarner. La phase d'élaboration du personnage est importante. Il faut qu'il soit crédible. J'écris d'abord dans ma tête, c'est quand le travail est avancé que je commence à mettre les mots sur le papier. Des contraintes oui, je m'en impose, mais elles font partie d'une certaine liberté: celle de ne pas mettre de point, de négation, d'adverbe, celle de répéter inlassablement la même expression. C'est comme un jeu mais comme les règles c'est moi qui les fixe, c'est plutôt plaisant. D'autres contraintes et d'autres limites sont fixées par l'histoire, le personnage choisi, le voyage en cours, etc... Me contraindre à un cadre "technique" fixé à l'avance m'aide beaucoup, ça me permet de garder une tonalilé, une voix du début à la fin. Alors j'écris, j'écris et à la relecture, je supprime, je supprime tout ce qui me paraît inutile à la compréhension de l'histoire. Pour moi un livre n'a pas besoin d'être long pour dire... C'est pour ça que mes livres ne sont pas de gros pavés, ça ne m'intéresse pas, au moins pour l'instant... Et puis surtout, l'auteur que je suis n'intervient pas dans les événements. Il n'a pas d'avis, il ne juge pas. Il montre, il interroge.

La suite de l'interview... Très prochainement...