Qui es-tu ? Comment tu te définis ?

Je suis un jeune homme de cinquante ans passés.

Pourquoi écris-tu ?

J'écris principalement parce que je m'en sens capable. J'écris parce que j'aime les livres et la lecture, et que j'aime cette idée d'ajouter des textes à ceux qui existent déjà. J'écris parce que cela me permet de garder quelques traces de mes pensées, de ma vie intérieure, qui, sans cela, disparaitraient. Dans le flux de la conscience, les idées, les sensations, les ressentis s'effacent pour être remplacés par d'autres; les traduire en mots, en phrases, en paragraphes, en récits, permet de les fixer et de les conserver.

Comment écris-tu ? Utilises-tu des procédés techniques, des contraintes ? T'imposes-tu des limites dans l'écriture d'un texte ?

J'écris le plus souvent en ayant d'abord dans la tête des images, des séquences, le plus souvent un point d'arrivée, une fin, et un point d'arrivée, un début. Et construire mon récit c'est de trouver comment passer l'un à l'autre dans une trajectoire. Je n'ai pas de techniques particulières ni de contraintes, mais je travaille beaucoup sur le choix des mots, la syntaxe, avec beaucoup de remaniements. J'essaie que l'expression, le style, soient en accord, en résonance avec le thème, les personnages, les situations. Que la forme soit un écho du fond, qu'elle en épouse les contours, qu'elle le serve, qu'elle le fasse ressentir. J'essaie d'éviter les conventions romanesques, qui veulent par exemple que l'on décrive les personnages, les lieux. Je ne le fais que si cela participe à la structure du récit. Ce qui manque, c'est au lecteur de l'apporter, et ce qu'il apporte lui permet d'habiter lui-même le récit, l'histoire, de s'y projeter.

Quand et où écris-tu principalement ? Et en dernier recours ?

Principalement le soir, la nuit, en raison de mes activités professionnelles, chez moi ou au bureau, quand tout le monde est parti. Parfois le week-end. Mais en vacances, je peux écrire, et travailler à mon écriture, 6 à 8 heures par jour. J'aime aussi écrire dans les cafés, dans le train.

Sur quoi se portent tes envies d'écriture ? Quels sont tes genres de prédilection ?

J'ai toujours plusieurs projets en cours, tous très différents, comme le sont déjà mes livres terminés. Je n'écris pas dans un genre, je suis ma propre voie/x.

Qui es-tu quand tu écris et comment te sens-tu après ?

Quand j'écris, je ne suis plus moi, je suis les personnages, les situations, les ambiances du récit qui s'élabore lentement, qui se dessine, qui se remplit. Je perds la notion du temps au profit de celui de mon texte. Le plus souvent, ensuite, je me sens bien, heureux de ce que j'ai produit. Quitte à tout reprendre le lendemain ou la semaine suivante. Rien n'est jamais inutile. Une sculpture, un bâtiment, ce n'est pas seulement ce qui est là, perceptible, c'est aussi ce qu'on a ôté à la matière pour la rendre visible, lui donner un sens.

Merci Patrice d'avoir répondu à cette interview.

Dernier roman La part des Angeshttp://www.amazon.fr/La-part-anges-Patrice-Salsa-ebook/dp/B0089948PM/

Page Auteur : http://www.amazon.fr/Patrice-Salsa/e/B004MWTFS0/ref=ntt_dp_epwbk_0

A bientôt !

Claire Roig