Quand et où écris-tu principalement ? Et en dernier recours ?

Le plus dur pour moi, c'est de franchir ma peur d'écrire. Contrairement à beaucoup de personnes, je ne crains pas la feuille blanche mais j'ai peur que ma volonté d'écrire devient vite obsessionnelle. Je vais être plus claire : J'aimerais beaucoup m'accorder, tous les jours, 30 minutes pour écrire, comme un rituel quotidien. Malheureusement pour moi, je n'arrive pas à rédiger sous la contrainte horaire. Aussi, quand j'entre dans un processus d'écriture, je sais que ma vie en sera bouleversée. Combien de fois je me suis réveillée la nuit pour retranscrire une pensée, une phrase entendue dans la journée. Et quand je déborde d'imagination, je peux écrire pendant 3 heures d'affilée, sans pouvoir faire une pause. Quand j'écris, je dois impérativement continuer le chapitre commencé. Quand j'étais célibataire, cela ne me posait pas de problème. Or désormais, je suis mariée et mère de famille, donc je dois être vigilante par rapport à mes envies de me lever la nuit ou d'interrompre le dîner familial pour écrire. C'est la même chose lorsque je suis au travail. Très souvent, je ferme le robinet de mon imagination et je m'oblige à ne surtout pas penser à mes projets d'écriture pour éviter la déconcentration. Mais bon, il m'arrive très souvent de noter quelques mots ou idées sur un papier quand je suis en réunion. Dans le métro aussi j'écris. C'est pour cela que je parle d'obsession. Quand une idée émerge, je ne peux pas attendre le meilleur moment pour la noter. C'est tout de suite ou jamais.

Sur quoi se portent tes envies d'écriture ? Quels sont tes genres de prédilection ?

Quand j'ai terminé la rédaction de mon premier livre, j'ai tout de suite enchainé sur d'autres projets d'écriture. Il y a quelques années, donc, j'ai commencé à réfléchir et mon souhait s'est tout naturellement porté sur les nouvelles. Pourquoi pas un roman me direz-vous? Tout simplement car je lis très peu de romans. J'affectionne tout particulièrement les biographies, les récits, les histoires courtes. Mon style d'écriture est plutôt direct et concis. J'essaye de dire les choses en peu de mots. Et puis parce qu'aussi j'ai peur de m'ennuyer si j'écris un roman. Passer des heures avec les mêmes personnages, les mêmes trames, etc..., très peu pour moi. Je suis partie de l'épilogue de mon recueil pour construire les nouvelles. J'ai d'autres projets en tête, notamment un petit livre humoristique.

Qui es-tu quand tu écris et comment te sens-tu après?

Je suis toujours moi-même quand j'écris, je ne me cache pas derrière un personnage car j'assume pleinement mes écrits. Très attachée aux personnages que je mets en scène, je fais en sorte qu'une partie de moi se retrouve dans chaque personnage : une caractéristique physique, un trait de caractère, un profil psychologique. Le plus difficile pour moi a été l'écriture de mon premier livre puisqu'il s'agit d'une autobiographie. Une fois cette étape franchie, je n'ai plus peur de me dévoiler en m'identifiant aux personnages de fiction qui seront les héros de mes nouvelles. Pour ma part, le détachement total entre ce que l'on est et ce que l'on écrit est inconcevable. Quand j'écris, je me sens bien et surtout très excitée. Quand il m'arrive d'être déprimée, c'est que je ne suis pas conquise par mes écrits du moment. Dans ce cas, j'arrête tout et j'entame autre chose. Je ne me force jamais quand l'inspiration ne vient pas. L'écriture n'est pas mon métier donc je ne m'astreins à aucune contrainte. Tout ce que je sais, c'est que plus on écrit et plus on a envie d'écrire. Avec le temps, on s'améliore beaucoup et les automatismes arrivent. Par contre, je peux être vite fatiguée après l'écriture d'un chapitre. Trouver le meilleur mot, la meilleure accroche, la meilleure fin est une exigence de chaque instant. Mon conseil est donc de relire très souvent, à tête reposée, ce que l'on vient d'écrire. Puis quand on est satisfait, on ne touche plus à rien.

Le lien vers le livre numérique d'Isabelle Montourcy : Dites ce qui vous vient, c'est ici : http://www.amazon.fr/dp/B00DJDZNCA/

Merci Isabelle pour l'entretien.

A bientôt.

Claire